Gecko Turner

Surnom Gecko Turner
Prénom Fernando Gabriel Echave Pelaez
Site officiel

BIOGRAPHIE :

Gecko Turner (né Fernando Gabriel Echave Pelaez, 1966) est un musicien et compositeur-interprète espagnol. Basé près de la frontière entre l'Espagne et le Portugal, il a dirigé plusieurs groupes dans son Espagne natale. Guapapasea, son premier CD sorti aux États-Unis, incorpore bossa nova, soul, funk, reggae, jazz et électronique.

Gecko Turner a grandi en Espagne, apprenant l'anglais avec les artistes de blues qu'il aimait. Après un long voyage musical, il a commencé à composer dans un style qui combinait jazz, blues, samba, reggae, hip-hop, et plus encore dans quelque chose qui lui était propre. Les journalistes espagnols l'ont surnommé "Afromeño"[1] (traduction approximative : Africain et Extrêmeño, l'Estrémadure étant la région d'où il vient), mais le son doit autant à l'Amérique du Nord et du Sud, aux Caraïbes et à l'Europe, qu'en Afrique. Tout son travail a été publié par Lovemonk Records, en cd et en vinyle. Par ailleurs, le label californien Quango Music Group a publié aux Etats-Unis une édition américaine de l'album "Guapapapaséa", ainsi que plusieurs singles.

Gecko Turner (né Fernando Gabriel Echave Pelaez) a grandi à Badajoz, en Espagne, une petite ville située à mi-chemin entre Lisbonne et Madrid. Adolescent, il est tombé amoureux des Beatles, des Rolling Stones et de Bob Dylan, tout en s'imprégnant de la musique internationale et espagnole qu'il entendait à la radio. Hearing the Stones l'a envoyé en quête de la musique qui a inspiré Jagger et la compagnie, et il a découvert Elmore James, Lead Belly, Muddy Waters, Jimmy Reed, Big Joe Turner, et d'autres artistes blues. Il a enseigné la guitare dans son adolescence et a formé un groupe pour couvrir la pop américaine et britannique de The Kinks à David Bowie, Talking Heads à James Brown. À la fin de l'adolescence, Turner découvre le jazz et se découvre une affinité particulière pour les sons afro-cubains de Dizzy Gillespie. Il sillonne l'Espagne pour suivre Gillespie en tournée, écouter du bebop et lire Jack Kerouac. A 20 ans, il s'installe à Londres et s'installe dans les stations de métro avec une guitare empruntée. Il ne gagnait pas beaucoup d'argent, mais apprenait à attirer l'attention de la foule. Il s'imprègne également de la scène jazz londonienne. Il est retourné à Badajoz pour les funérailles de sa mère, s'est marié et a pris un emploi dans une banque, travaillant de nuit pour ne pas avoir à se couper les cheveux ou à enlever ses boucles d'oreilles. Quand sa femme est morte après une longue maladie, Turner a quitté la banque et est retourné à la musique à plein temps.

Son premier groupe en tant que chanteur, guitariste et auteur-compositeur s'appelait The Animal Crackers, un groupe de Joy Division-meets-Sonic Youth qui se réjouissait de sa propre production sonore. Ils ont fait deux albums et Turner est presque devenu sourd. Il a démissionné et a commencé The Revrendoes avec son ami d'enfance Gene Garcia. Il jouait de la guitare acoustique tandis que Garcia soufflait de la harpe blues et faisait ses impressions d'un prédicateur baptiste d'Amérique du Sud. Au milieu des années 90, Turner s'installe à Mérida et trouve un emploi dans un studio d'enregistrement analogique de 24 pistes et deux pouces, le studio où sont enregistrés les albums The Animal Crackers - Work my body (Jammin', 1992) et Sounds like a hit (Jammin', 1996). Il a appris à produire des disques et a commencé Perroflauta (" Flûte Dog ", un terme utilisé pour les personnes ayant un style de vie similaire à Gutter Punks et Hippies.) avec Alvaro " Dr. Robelto " Fernandes, basse ; Edú Nascimento, guitare ; César González, batterie, percussion ; Irapoan Freire, trompette ; Rogerio Da Sousa, percussion ; Rodney d'Assis, percussion et Markos Bayon, guitare et chant. La moitié du groupe était brésilien, et ils ont joué un mélange de samba et de reggae. Ils ont fait plusieurs CDs et ont fait des tournées dans toute l'Espagne. Lorsqu'il s'est rendu au bureau du droit d'auteur pour enregistrer ses chansons, le formulaire comportait un espace pour le nom propre et un alias. On l'avait surnommé Gecko depuis son enfance et il adorait la musique de Big Joe Turner, et il a écrit Gecko Turner sur un coup de tête. Lorsque le bureau du droit d'auteur lui a envoyé une commande de confirmation adressée à Gecko Turner, il l'a prise comme un signe et a commencé à l'utiliser comme son nom de scène.

Quand Perroflauta s'est séparé, Turner a fait des démos des nouveaux morceaux qu'il écrivait et qui combinaient le reggae brésilien qu'il avait joué avec le blues et le rock qu'il avait toujours aimé. Gecko a dépensé ses derniers 1 000 $ pour réserver du temps dans un petit studio à Madrid. Il a terminé l'album, et a engagé les grands noms qui l'ont aidé à faire Guapapapasea ! en leur promettant de les payer quand il aura un contrat de disque. Lovemonk, un nouveau label indépendant, sort l'album en Europe et au Japon, ce qui lui permet de rembourser le studio et ses amis. Turner, qui chante en anglais, en espagnol et en portugais, a formé un groupe qu'il a appelé l'Afrobeatnik Orchestra et a fait une tournée pour soutenir l'album. Guapapapasea ! a remporté le Premio Extremadura a la Creación en Espagne en 2005[2], décerné chaque année à des écrivains et musiciens qui ont créé des œuvres favorisant la reconnaissance de la langue espagnole comme moyen de création. Cet album a également été publié par Quango Records aux Etats-Unis[3], ce qui a donné lieu à une tournée de promo et plusieurs concerts à la radio et à la télévision à Los Angeles, New York City et au Texas, dans des lieux prestigieux comme Knitting Factory, à Hollywood, ou les SOB's, à Greenwich Village.

Son album suivant, Chandalismo Illustrado (Sweatsuits Illustrated), est heavy on the funk, avec de la highlife, des rythmes cubains variés et un hommage à Tom Waits qui s'ajoute à son mélange déjà éclectique. Il a été considéré par le magazine anglais Swell comme l'un des 20 meilleurs disques de l'année,[citation nécessaire] tous genres et styles confondus, et a également été acclamé comme révélation de l'année par les lecteurs d'El Pais EP3[citation nécessaire] Il a continué à jouer en Espagne, Danemark, Suède et Allemagne, où il joue à Berlin pendant la Coupe du monde 2006. En septembre, l'album sort également au Japon chez Argus Records, il donne donc un concert à Tokyo pour ses fans japonais.

En 2007, Gecko Turner s'installe aux Etats-Unis et commence à travailler sur de nouvelles chansons et à enregistrer avec des musiciens à Austin et Los Angeles. L'année suivante, Lovemonk Records a sorti un cd appelé Manipulado, qui compile différents remixes des chansons de Gecko déjà publiées en vinyls 7" et 12". En 2009, Gecko est en train de finir son prochain album, Gone Down South. Il a été publié (en vinyle et en cd) en 2010 chez Lovemonk Records, avec un style qui évoque les reprises de jazz des années 60. Le premier single était "Truly", une interprétation des productions classiques de Motown qu'il aime tant.

Au cours des dernières années, les chansons de Gecko Turner ont été demandées par plus de 70 compilations publiées dans le monde entier, et elles ont été utilisées dans plusieurs publicités télévisées et quelques films, comme Isabel Coixet Elegy, Montxo Armendáriz Obaba, No tengas miedo et Cansada de besar sapos du Mexicain Jorge Colón. De plus, son travail de producteur l'a amené à travailler avec des artistes aussi différents que la chanteuse de jazz et de blues californienne Brenda Boykin et le chanteur de flamenco (récemment décédé) Fernando Terremoto, qui ont enregistré leurs albums Chocolate and Chilli, et Terremoto pour eux deux.

DISCOGRAPHIE :

Albums

  • Guapapaséa (Lovemonk, 2003)
  1. Subterranean Homesick Blue
  2. Sabes Quien Te Quiere
  3. Limón en La Cabeza
  4. Te Estás Equivocando
  5. How Come You Do Me Like You Do Me?
  6. Rainbow Country
  7. Monka Mongas # Did Ya Black Up Today?
  8. Dime Que Te Quéa
  9. Niña Del Guadiana
  10. Dizzie
  11. $45.000 (Guapa Pasea)
  • Chandalismo Ilustrado (Lovemonk, 2006)
  1. En La Calle On The Street
  2. Monosabio Blues
  3. Que Papa E Esse
  4. Toda Mojaíta
  5. Coco Pinda
  6. Daughterbitchin' And Motherfuckin' Style
  7. Pal Peru
  8. Tieso (Y Sin Desayuna)
  9. Tontorronea
  10. 48th African Davies
  11. 'Fess It Girl
  12. Afrobeatnik
  13. Raise Up Standards
  14. Joyina
  15. Sycamore Blues
  • Manipulado (Lovemonk, 2008)
  1. Monosabio – Philip Owusu Rmx
  2. $45.000 (Guapa Pesa) – Afrodisiac Soundsystem Rmx
  3. Tontorroneá – Gecko’s Tonto Edit
  4. Un Limón En La Cabeza – Quantic Rmx
  5. En La Calle, On The Street – The Dining Rooms Afrojazz Rmx
  6. Rainbow Country – Instituto Mexicano Del Sonido Remix
  7. Toda Mojaíta – Dutch Rhythm Combo Rmx
  8. Sycamore Blues – Dublex Inc. Rmx
  9. Afrobeatnik – Seiji Rmx
  10. Tieso (Y Sin Desayuná) – Gordon Blackbeard’s Scotch Mist Rmx
  11. Dizzie – Boozoo Bajou Rmx
  12. 45.000 $ (Guapa Pasea) – Watch TV Remix
  13. Toda Mojaíta – Danny Lewis Afrofuturistic Mix
  14. Un Limón En La Cabeza- Quantic Dub
  • Gone Down South (Lovemonk, 2010)
  1. Truly
  2. Cuanta Suerte
  3. So Sweet
  4. Tea Time
  5. Amame, Mimame
  6. You Can't Own Me
  7. Mbira Bira
  8. Holly Hollywood
  9. Let's Say Tonight
  10. The Love Monk
  11. When I Work Up
  12. Gone Down South.
  • That Place By The Thing With The Cool Name (Lovemonk, 2015)
  1. I'll Do That
  2. Bee Eater
  3. Corazón De Jesús
  4. Chicken Wire
  5. Medium Rare
  6. Did You Ever Wonder Why?
  7. Here Comes Friday
  8. Oye, Muchacha
  9. Extremely Good
  10. Little Sonny
  11. Juanita
  12. Rockin' Diddley
  13. This Is The One
  14. The Strange Adventures Of Two Runaway Elephants In Kentish Town

Singles

  • "Un limón en la cabeza" 7" (Lovemonk, 2004)
  • "Guapapasea" 7" (Lovemonk, 2004)
  • "Monka Mongas" / "Rainbow Country" 7" (Lovemonk, 2004)
  • "Afrobeatnik" 12" (Lovemonk, 2006)
  • "Toda Mojaíta" 12" (Lovemonk, 2007)
  • "Monosabio Blues" 7" (Lovemonk, 2007)
  • "Manipulado EP" 12" (Lovemonk, 2008)
  • "Truly" 7" (Lovemonk, 2010)
  • "You Can't Own Me" / "When I Woke Up Remixed" 12" (Lovemonk, 2011)
  • "When I Woke Up" / "Ámame Mímame Remixed" 12" (Lovemonk, 2011)
  • "That Place By The Remixes" (Lovemonk, 2015)

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article