Nicolas Jaar

Surnom Nico
Date de naissance 10 janvier 1990(29 ans)New York
Genre House
Activité Compositeur
Site officiel

Nicolas Jaar, est un compositeur et producteur américano-chilien de musique électronique né le à New York. Son style musical évolue entre house et influences héritées du jazz, de la soul, ou du cinéma et se caractérise par un tempo assez lent et des atmosphères généralement élégiaques. Il est le fils du cinéaste chilien Alfredo Jaar.

Après une demi-douzaine de maxis publiés à partir de 2008, dont Time for Us en 2010 qui lui apporte l'estime des médias spécialisés, il sort son premier album Space Is Only Noise en 2011 et rencontre alors le succès critique. Vouant une aversion aux majors et au mercantilisme, il se fait producteur indépendant et fonde entretemps sa propre maison de disque, Clown & Sunset, en 2009, puis succèdera le label Other People en août 2013.

Parallèlement à sa carrière solo, il collabore aussi sur disque ou sur scène avec plusieurs de ses amis, Sasha Spielberg avec Just Friends ou encore Dave Harrington avec qui il forme le duo Darkside, duo qui se séparera en août 2014.

Biographie

Jeunesse et débuts

Fils d'Alfredo Jaar et d'Évelyne Meynard, il naît à New York le . Il émigre au Chili avec sa mère à l'âge de deux ans, avant de rentrer à New York à huit ans. Il a effectué une partie de sa scolarité au Lycée Français de New York. À l'âge de 14 ans, il annonce à son père qu'il veut devenir compositeur de musique électronique : ce dernier lui offre ce qu'un disquaire chilien lui a conseillé comme étant selon lui le disque repoussant le plus les limites du genre : Thé Au Harem D'Archimède (en), de Ricardo Villalobos, que Nicolas considère encore comme une de ses influences, : « C'était la musique la plus sexy que j'eusse jamais entendue. ». À 16 ans, il entend le duo Wolf + Lamb sur les ondes d'une radio universitaire new-yorkaise et décide de lui envoyer ses premiers travaux. Il sort son premier maxi, The Student, en 2008 sur Wolf + Lamb Music puis, en 2009, fonde son label Clown and Sunset, sur lequel il sort fin 2010 un album-compilation collectif, Inès, en compagnie de la Russo-Afghane Nikita Quasim et de l'Éthiopien Soul Keita.

Parallèlement à ses activités musicales, il étudie la littérature comparée à l'université Brown, à Providence, dont il est diplômé en 2012.

2011 : la reconnaissance grâce à l'album Space Is Only Noise

Son premier album, Space Is Only Noise, sorti début 2011, est salué par la critique,, et se vend à 25 000 exemplaires dans le monde. En octobre, on apprend cependant qu'il est menacé d'être retiré de la vente en raison d'un problème de clearance : un des morceaux de l'album contient en effet un sample non déclaré de I Got a Woman, de Ray Charles. Fin 2011, il figure en bonne place de divers classements des meilleurs albums de l'année : Pitchfork le classe vingtième, Resident Advisor en fait son album numéro un, tandis que le magazine américain XLR8R le positionne en tête de son classement annuel des meilleurs artistes émergents et au 18e rang en ce qui concerne les albums de 2011.

Après Space Is Only Noise : une tournée et de nouvelles collaborations

Outre la composition, Nicolas Jaar est aussi reconnu pour la qualité de ses prestations scéniques. Resident Advisor le place 2e en 2010 puis 1er en 2011 dans son classement annuel distinguant les meilleurs concerts de musique électronique,.

Depuis 2011, il s'adjoint les services de trois de ses camarades de lycée lors de certains concerts : Will Epstein au saxophone et au piano, Dave Harrington (avec qui Jaar forme aussi le duo Darkside) à la guitare et aux machines et Ian Sim à la batterie. Début novembre, il annonce une tournée de trois mois débutant en Amérique à Miami le 24 novembre 2011 et s'achevant en Europe le 26 janvier 2012 à Rome ; il profite aussi de ce communiqué pour révéler la sortie, en libre téléchargement sur le site de son label, d’un nouveau maxi intitulé Don't Break My Love.

En 2012, il continue d'aborder sa musique de manière collective : il propose en janvier un nouveau morceau en collaboration avec la chanteuse Scout LaRue et toujours Will Epstein au saxophone. Le 5 février, il participe avec Noah Kraft à l'événement From Scratch organisé par le MoMA PS1 en collaboration avec Pitchfork et la société mère du label de Nicolas Jaar, Clown & Sunset Aesthetics (CSA) ; cette performance pluridisciplinaire de cinq heures est composée, de concerts de Jaar, Will Epstein, Dave Harrington et Sasha Spielberg, d'un mouvement joué par Lizzie Feidelson, et d'une vidéo artistique de Ryan Staake. CSA organise deux autres événements de ce type en mars, l'un à Los Angeles et l'autre à New York, pour marquer la sortie de sa première compilation, The Prism,. Parallèlement, il travaille sur ses deux prochains longs formats, l'un de son duo Darkside, l'autre étant son second album solo prévu pour 2013. En fin d'année, il se trouve propulsé en première place du classement annuel de Resident Advisor concernant les lives.

À l'été 2013, il fait parler de son duo avec Harrington sous un autre alias, Darkside : les deux artistes distribuent via Soundcloud un album de remixes du Random Access Memories de Daft Punk, qu'ils intitulent Random Access Memories Memories,.

En 2015, il signe la bande originale de Dheepan, film de Jacques Audiard.

Style

Caractéristiques musicales et analyse critique

La musique de Nicolas Jaar, classée dans le genre house tout en ayant des intonations jazz et soul, est qualifiée par Mixmag comme « peuplée de transitions troublantes, d'objets sonores décalés, d'instants où une chaleur inattendue se diffuse » tandis que The Fader voit en son premier album une musique « profonde, luxuriante et longanime [où], dans un élan de séduction inconscient, les idées se dévoilent de manière charnelle ».

Auparavant et dès 2010, Tony Naylor, du Guardian, met le doigt sur ce qui caractérise la musique de Jaar : un compromis entre la dance, avec ses rythmiques qui vont et viennent, et un côté émotionnel qui émane d'influences musicales plus organiques ; à ce titre, il s'interroge sur le fait que ses morceaux sont difficiles à classifier, prenant comme exemple Time for Us ou The Student qui se situent à la croisée des genres. Le refus des codes, de la catégorisation mais aussi son héritage culturel hors des sentiers battus de la dance font d'ailleurs dire à Jaar qu'il est incapable de faire de la techno.

Ses prestations live sont saluées par la critique en raison de la sensibilité qui en affleure, ce qui fait notamment dire aux Inrockuptibles qu'elles sont « de belles machines à dresser poils et chair de poule », quand Resident Advisor souligne que « Nicolas Jaar démontre qu'il n'y a pas besoin de faire sans cesse danser la foule pour rallier les fans ? il met en évidence que la substance est aussi primordiale qu'une pointe de style ».

Influences revendiquées

Outre Thé Au Harem D'Archimède (en) de Villalobos,, Nicolas Jaar cite un autre album de musique électronique parmi les disques d'importance dans sa construction musicale : Drukqs d'Aphex Twin. Mais il revendique d’autres influences : « Bertolucci, Antonioni, Keith Jarrett, Pink Floyd, The Doors, New Order, Manzoni, Magritte. Sur Être, le morceau d'ouverture de mon premier album, Space Is Only Noise, c'est Serge Daney qui parle avec Godard, il y a beaucoup de références à la culture française dans ma musique. Je suis allé au lycée français à New York et Santiago et ma mère est française, donc toute ma vie j'ai été bercé dans la culture française, c'est pour ça ». Dans le domaine du jazz, outre Keith Jarrett, il est aussi inspiré par Dave Brubeck. Par ailleurs, Leonard Cohen figure aussi parmi ses références musicales.

Opinions

Jaar professe son aversion pour l'aspect mercantile de la musique : « Ma passion pour la musique m'amène à penser qu'elle est sacrée. Il est primordial pour moi d'affirmer, dans une optique de création, qu'elle est sacrée. Mais en réalité la musique est le bâtard de notre système économique. C'est toute la difficulté d'être musicien aujourd'hui. Comment faire de la musique pour quelqu'un dans un monde profane ? C'est là le point crucial »,.

Suivant son raisonnement, ainsi que son envie d'offrir sa musique de temps à autre en la partageant gratuitement via différentes plateformes telles que SoundCloud, il clame qu'il ne signera jamais sur une major et se félicite du pouvoir des réseaux sociaux et de leur instantanéité qui lui permettent de toucher plus de 100 000 personnes dès qu'un morceau est finalisé.

Discographie

Albums studio

En solo

Ce premier album très attendu sort début 2011 et affiche un style moins orienté vers la dance que les maxis Russian Dolls et Time for Us qui l'ont précédé, fruit de plusieurs années d'enregistrements, utilisant de nombreux samples sur un style house au tempo ralenti,,. Selon l’artiste lui-même, l’album Space Is Only Noise est une sélection de ses dix chansons préférées parmi celles qu’il a composées depuis ses 17 ans. C'est le propre père de Nicolas Jaar, Alfredo, qui réalise l'artwork du disque.

Collaborations

L'album Psychic, sorti le 10 octobre 2013, est le fruit d'une collaboration entre Nicolas Jaar et le guitariste Dave Harrington, qui combine des influences rocks et psychédéliques. L'album diffère beaucoup du style des productions précédentes de Nicolas Jaar, et est parfois comparé à ceux de groupes comme Pink Floyd ou de musiciens comme Eric Clapton.

Le 19 février 2018, Nicolas Jaar collabore avec Sasha Spielberg, alias Buzzy Lee pour la sortie du titre Coolhand. Quelques jours après, le producteur américano-chilien sort discrètement un album intitulé 2012-2017 sous le pseudo Against All Logic (A.A.L).

Maxis

En solo

Collaborations

Nicolas Jaar forme avec Dave Harrington un duo nommé Darkside, auteur d'un maxi éponyme.

En 2013, il participe à un projet avec Brian Eno et Grizzly Bear et sort en avril un maxi deux titres, Brian Eno x Nicolas Jaar x Grizzly Bear, où il tient le rôle du remixeur sur chacun des morceaux.

En 2014, la première compilation du label Other People nommée WORK fait sa parution

01 Nicolas Jaar: "The President's Answering Machine" 02 Soul Keita: "Freedom" 03 Dave Harrington ft. Tamara: "Things Behind The Sun" 04 Visuals: "A Pixel" 05 Darkside: "What They Say" 06 Ancient Astronaut vs. Powell: "SSCS (Powell's 'Lift Off' Mix)" 07 Darkside: "Gone Too Soon" 08 Ancient Astronaut vs. Jelinek: "B2 (Jelinek Remix)" 09 Dave Harrington: "Form And Affect" 10 Ancient Astronaut vs. Francis Harris & Gabriel Hedrick: "B2 (Dub)" 11 Nicolas Jaar: "The Boy Who Asked Too Much"

Notes et références

Notes

Références

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • (en) « Site officiel de Clown and Sunset » - Label fondé par Nicolas Jaar
Source : Wikipedia

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article